Cigogne mais pas Pigeon

 

Face à la baisse nationale de la natalité, et face à environ 300 naissances en moins, depuis le début de l’année,  au Centre Hospitalier du Mans, la Direction a décidé de fermer 10 lits de gynéco-obstétrique. Cela s’accompagne bien sûr de suppressions de postes. La Direction va donc supprimer 2 postes de sage-femmes et 4 postes d’auxiliaires de puériculture. Cela s’ajoute au poste de sage-femme déjà supprimé en mai dernier en salle de naissance.

La CGT a dénoncé cet état de fait et a déposé un préavis de grève. Cela a permis à la Direction d’organiser une réunion de concertation, où ils n’ont opposé que des chiffres face aux multiples témoignages de souffrance des agents.

Les 1 127 000 € de recette en moins priment sur la détresse des agents à prendre en charge correctement les nouvelles mamans.

Les sage-femmes et les auxiliaires de puériculture ont rédigé une lettre ouverte qui a été lue, par la CGT, lors du CTE du 20 octobre . Leur colère est telle qu’elles pourraient diffuser cette lettre aux élus sarthois et à la presse. La Direction a d’abord menacé le personnel de sanction disciplinaire pour mise en danger de l’hôpital (droit de réserve des agents de la fonction publique), puis elle a proposé d’organiser une nouvelle réunion de concertation. Nous attendons celle-ci impatiemment. Espérons que la Direction cette fois-ci n’amènera pas uniquement son expertise comptable.

Quelle qualité de vie au travail quand, dans la santé, l’humain n’est plus au centre des préoccupations ?

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *