Non à la casse des services publics.

 

Le 1er février 2018, lors du « Comité Interministériel de la Transformation Publique », présenté par le Premier Ministre et Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics, un nouveau cap a été franchi, une attaque d’un niveau inédit contre le statut général des fonctionnaires, préconisant le recours accru aux non-titulaires, le renforcement de la rémunération au mérite, la diminution des instances du personnel et l’annonce d’un plan de départs volontaires.

Une certaine habileté dans la présentation de tous ces projets pourrait les rendre positifs pour un certain nombre d’agents et d’usagers. Mais toutes ces mesures sont d’une extrême gravité pour les droits et garanties des personnels, en matière de recrutement et de déroulement de carrière, de rémunération, de droits à être défendus tout au long de leur vie professionnelle.

Oui, le statut général des fonctionnaires est une garantie pour les agents et les citoyens, pour l’exercice des missions de service public, pour la Fonction Publique au service de l’intérêt général.

Non, il n’est pas dépassé ni ringard. Il a d’ailleurs été modifié à plusieurs reprises depuis 1983 et la CGT lutte en permanence aux côté des personnels pour le préserver, le faire évoluer et le renforcer dans l’intérêt général.

La CGT revendique:

  •   l’augmentation des salaires et du point d’indice
  •   l’arrêt des suppressions d’emplois et des créations d’emploi statutaires répondant aux besoins des populations et du service public
  •   un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s et la résorption de la précarité
  •   l’arrêt de toute forme de rémunération au mérite et la transformation de la prime de service en 13ème mois n’incluant plus de critères individuels
  •  le respect de la démocratie sociale et le maintien des instances (CHSCT et Commissions Administrative Paritaires nationales, départementales et           locales), garantissant aux personnels
  •  le droit à être défendu.e.s tout au long de leur carrière

 

Mobilisons nous nombreux, le 22 mai prochain, pour dénoncer cette casse du service public.

Rendez-vous à 9h30 devant Paixhans

(Siège de toute les administrations publiques, situé derrière le lycée Washington).


Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *